Le chat qui…

header image

Langues de Chat...

    EnglishGermanItalianSlovenianSpanishSwedishTurkishWelsh

A la une en ce moment…

    Blackie au pays des frites (et du gouda), un carnet de voyage à suivre...

Chat-lendrier

    septembre 2014
    L Ma Me J V S D
    « août    
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    2930  

C@tbooster !

Ad-Chat

 

Chat kiliParle-leur de batailles, de rois et d’éléphants…et de chats?

Sujet : Chat kili|

Radio-Chat du jour à écouter en lisant cet article:

Kili vient de faire un voyage….un voyage au XVIème siècle….un voyage à Constantinople…un voyage avec Michel-Ange… Mais pas encore le Michel-Ange de la chapelle Sixtine, non pas encore…

Et pas n’importe quel voyage non plus : une jolie petite odyssée littéraire, très belle dans sa simplicité, sans prétention. Dans ‘Parle-leur de batailles, de rois et d’éléphants‘ l’écrivain Mathias Enard, spécialiste du Moyen-Orient, de sa plume efficace et précise nous entraîne à la rêverie autour d’un fait pourtant avéré.  Saviez-vous en effet que Michel-Ange avait été appointé par le sultan Beyazit, maître de Constantinople au tout début du XVIème siècle, pour construire un pont?

Un pont qui relierait les deux rives de la Corne d’Or: le quartier Oriental de Pera à celui de Stambul l’Occidentale…

2 Ronrons

Autour de cette aventure ratée pour le « père » du célèbre ‘David, Mathias Enard brode un roman d’amour tout en partant à la découverte d’une ville déjà cosmopolite  en l’an 1500 et surtout fascinante pour le Florentin bien mal dégrossi qu’était le Michel-Ange de l’époque.

Ce roman sur fond historique, sait rester simple et se lit d’une traite ou presque avec ses 150 pages. Mais il s’agit bien d’une fresque qui nous plonge au coeur d’une Turquie inconnue et pourtant si proche. Et si par chance le lecteur a déjà parcouru les moderne rues de la métropole Istanbul du XXIème siècle, alors il en aura peut-être malgré tout perçu les réminiscences au détour d’une allée du Grand Bazar, à l’ombre d’Haya Sofia, ou sur les rives du Bosphore…

 

2 Comments »

Chat kikozUn coup de gueule et des larmes de rage !

Sujet : Chat kikoz|

Comme vous le savez tous maintenant, Le Chat Qui… et toute la c@t family a déménagé il y a un peu plus d’un mois en Turquie. Au début d’une expat, on est toujours sur un petit nuage, tout est nouveau, tout est beau… et puis au fur et à mesure, on voit aussi les défauts de son pays d’accueil…

Aujourd’hui, c’est un coup de gueule et de griffe monumental que Kikoz a envie de passer. Les amoureux des animaux qui fréquentent ces pages en seront sans doute retournés autant que Le Chat Qui… mais c’est aussi pour cela que Kikoz a envie d’en parler.

La Turquie, c’est un pays très chouette, mais pas pour les animaux, ceux des rues, chiens et chats,  trop nombreux, abandonnés, maltraités, tués, lapidés etc etc…

Voici donc ci-dessous, une copie d’un courrier que l’auteur du chat qui a adressé ce matin au  Customers Service de Starbucks Coffee International (désolée, c’est en anglais mais beaucoup d’entre vous le lisent. Néanmoins, n’hésitez pas à m’envoyer une demande de traduction si vous ne lisez pas l’anglais, Kikoz se fera un plaisir de vous en envoyer une copie par mail en français) :

« Hello,
I’m a 35 years old French woman but right now my husband and I are living in Turkey for job’s purpose.  We ‘ve also been living for three years in Sweden and visited United States and several others countries where we never missed any opportunities to stop by one of your coffee shop.

What we appreciate above all in Starbucks Coffee, apart from the quality of the beverages, is the respect that your company seems to grant environment and living creatures. It always seemed to me that human being as well as animal being were matters of great importance within Starbucks policy.

Therefore I would like to relate you a story that happened in one of your shop. It’s a very sad story and unfortunately my husband and I were part of the scene. It takes place in Turkey, more exactly on the terrace of one of your shop in Ulusöy Outlet Park.

All this happened last tuesday, the 30th of September as we were driving through Turkey for a few days out. We had decided to stop after having seen a> huge Starbucks sign on the road, promess of a great Cafe Latte, and we were really looking forward to it. While we were drinking our lovely coffees on the terrace of your shop came a lonely and adorable kitten. I have to say that the poor thing was in bad shape as part of his tail seemed to have been cut off (probably by a car) and was covered with dry blood. But anyway he seemed to manage and recover and was just there asking for a little bit of love…and food of course. Unfortunately, it seems that in Turkey, many (thousands of) animals (that should be pets like cats and dogs) are just left apart and abandoned without anyone to take care of them.

But back to the poor kitten, this one was approximatively 3 months old and was very friendly, purring next to you and asking to be patted and cuddled. Some other customers took pictures of him as he was so cute.
Then came a man with a talkie walkie who seemed to be working for the security of the outlet park. Seeing the cat licking some cream that I had given him from my own coffee, he smiled at us then called the cat gently. This one responded straight away by running towards the guy who immediately grabbed him by the head with violence and transported the cutie kitty for a 100 meters to eventually throw him  spitefully in a trolley bin, smashing the cover on its little head just like it was craps.

All this happened within a few seconds and I was so shocked that I dropped my coffee to run after the guy (and the cat) shouting at him that he couldn’t just do that to a living animal. He then called another security man who was speaking English and who started to explain to me that the cat was « ill » and that they were just removing him from the place to somewhere else. By « somewhere else », he was pointing a place behind the Food Hall where they put all the trash compactors and it was obvious by the look of the two lads that they were up to no good with this poor little thing.
I felt terribly down as they wouldn’t let me deliver again the cutie kitten from the trolley bin where they had placed him for the second time. Then a worker came to remove the bin towards the back of the outlet park…

I have to admit that both my husband and I had been very shocked and that I was so upset that I cried all along the way to out final destination. We even regretted not having taken the poor thing with us to release him a few miles away in the next village…

All this happened on the terrace of one of your coffee shop and I assume you would be interested in knowing that. I consider that everything happening in your coffee shops is of Starbucks responsibility even though none of your staff members was  involved in this story. As it seems that your company is so involved in environment, saving and protecting the planet, it is of great importance that you follow the same guideline with animals which are, to me, as important as human for the balance of this planet.
Therefore I beg you to make an inquiry on this case.
I swear that even though I like your products and was really happy (so far) with your policy, this story kind of « froze » me and I can’t seem to meet a Starbucks coffee without remembering of what happened to this poor cat which has for consequences for me to avoid the places.
Of course, you are not responsible for the way animals are treated in Turkey but I think you should take a sort of « chart » which would include that no animal can be mistreated in your places, especially in countries like Turkey where animals have no right at all.

Thank you for telling me what you want to do about this issue.

Waiting for your reply

Yours sincerely

PS : enclosed a picture of this poor kitten and another one of the place where it happened »

Bien entendu, il est fort probable que ce mail ne touche personne chez Starbucks ou bien qu’ils s’en dédouanent complètement ou pire, qu’ils n’y répondent pas ou encore ne le lisent même pas. Néanmoins, il n’était pas possible au Chat Qui.. de rester sans rien faire. Un coup d’épée dans l’eau ? Peut-être…. Kikoz se bat contre des moulins à vent ? C’est presque certain ! Mais qui ne tente rien n’a rien…. !!!

Si réponse il y avait, Kikoz vous en ferait évidemment une copie ici-même ! Tous à vos commentaires et remarques, merci !

=^.^=

 

22 Comments »

Le chat qui...Récit de route Göteborg (Suède)-Bursa (Turquie) – Episode 3 : Novi Sad (Serbie) – Istanbul (Turquie)

Sujet : Le chat qui...|

Désolée de ce contre-temps dans le posting de mes articles…Non, Le Chat Qui… ne vous laisse pas tomber mais nous n’avons toujours pas de connexion internet à la maison et je suis obligée de « voler » celle d’un voisin depuis la piscine… (pfff quelle galère….. :D  ), seul endroit où je peux capter ce réseau…

Je ne désespère pas d’être bientôt de retour sur la toile pour de bon alors, cher lecteur n’abandonne pas toi non plus Le Chat Qui… et cours t’abonner à la Newsletter pour ne pas manquer le prochain article… ;-)

Troisième étape : Novi Sad (Serbie) – Istanbul (Turquie)

Traversée de :

  • - la Serbie
  • - la Bulgarie
  • - la Turquie

Je vais essayer de te rassurer cette fois, cher lecteur : la troisième étape de notre voyage s’est finalement et globalement mieux passée que les deux premières…et encore heureux …

Après une « presque » nuit de repos dans nos draps de satin rose et nos rideaux fleuris, c’est vers 3h30 du matin que nous avions décidé de faire sonner notre alarme de téléphone…
Je me suis réveillée avec des poils de chats plein la figure et un gros poids sur l’estomac (un Crashouille dûment léché s’était trouvé là bien à son aise…) et un autre sur les pieds (cette fois-ci c’est d’un Pinou lové sur mes petons qu’il s’agissait)… Quant à Roméo, il a bercé nos songes de son ronron incessant la nuit durant…
Une nouvelle douche et hop retour en voiture  (après avoir rechargé toute notre vie à l’intérieur et nos « chanteurs d’opéra » avec…) Le but de ce réveil vraiment très matinal : éviter tant que faire se peut le flot de voiture sur la nationale tueuse serbe et arriver à l’heure prévue  (soit 10h00 du matin) à l’aéroport de Sofjia pour changer à nouveau de voiture.

Bien entendu, pour rallier Sofjia, il a aussi fallu passer la douane Serbo-bulgare (ou bulgaro-serbe, comme on veut). Après être enfin parvenue à la douane serbe avec un gros « ouf » de soulagement général (même les chatons semblaient avoir retenu leur souffle….) nous voici dans la queue pour quitter le pays et entrer en Bulgarie…
Et là, c’est un bien curieux ballet auquel nous avons assisté : on avait nos papiers (et ceux des minous) à la main, ont les a tendus au premier poste de douane en se disant que c’était le point de sortie et qu’ensuite il nous resterait un point d’entrée et terminé…. et bien non…

En fait, on nous a aussi demandé les papiers de la voiture et ensuite on nous a redonné les papiers et tendu une petite clé USB en nous faisant signe de le donner au poste suivant… Nous voici donc en route, clé USB en main, vers le poste suivant…. On tend la clé, nos papiers, les papiers du véhicule (personne là non plus n’a jamais voulu voir ceux des chatons) et là de nouveau, on nous rend la clé USB et on nous demande de la tendre au guichet suivant….
Guichet suivant (nous sommes dans la zone de non-droit entre la Serbie et la Bulgarie, un morceau de pays qui n’appartient à aucun, coincé là, il y a des magasins de détaxe d’alcools et de cigarettes tout autour) : on tend nos papiers et notre clé USB…. que l’on nous rend. Moi au final, je m’étais dit qu’en Serbie ils étaient vraiment super sympas de nous offrir une clé USB et qu’on allait finir par repartir avec…bon pas qu’on en ait vraiment besoin mais si ils insistent ben on va l’emmener cette clé souvenir…peut-être même qu’on va découvrir de chouettes paysages dessus, ou des cartes ou je ne sais quoi (sont modernes ces serbes…)…. En fait ça n’est qu’au 5ème et dernier point de contrôle (de quoi, on a toujours pas compris) qu’on ne nous a pas rendu la clé (les bulgares nous l’ont chippée dis-donc !) et qu’en plus on nous a demandé de payer une vignette pour l’autoroute (quasi inexistante) à venir…

Imagine que depuis le premier poste de contrôle, il y avait des dessins de mains tenant des poignées de billets de banques et un commentaire signalant : « here, we don’t accept payment »…les fraudeurs pourvoyeurs de bakchich n’ont qu’à bien se tenir…. (là on aurait bien voulu prendre une photo mais on a pas osé « chatouiller » le douanier Bulgaro-Serbe -ou serbo-bulgare va savoir… -)

Une fois encore, dans l’autre sens, beaucoup de voitures attendent leur tour (et leur clé USB ?) pour rentrer en Serbie. Nous, on s’est quand même demandé s’ils en avaient beaucoup des clés en stocks….et surtout qui les ramenait au premier point de contrôle……C’est peut-être ce qui expliquait la longue file de voitures dans l’autre sens….

Traversée de la Bulgarie : pas de soucis, mais les routes sont vraiment très mauvaises, pleine de trous et de bosses, une cinquantaine de km d’autoroute et la nationale pour tout le reste au milieu de paysages apocalyptiques. On a vraiment l’impression que le pays tombe en ruine avec des tas de villes et villages desertés, des usines qui semblent avoir été abandonnées en l’état, une campagne ravagée, on pourrait presque penser qu’il y a eu une catastrophe nucléaire et que tout le monde a fuit la zone (la Bulgarie en entier). A l’arrivée à Sofjia, la capitale, la ville ne nous donne pas meilleure impression, certes il y a plus de monde dans les rues mais la ville est sale, triste…

Sans parler des panneaux triangulaire qui signale qu’il y a des carioles tirées par des ânes dans le coin…et fait est dit, on en a vu un certain nombre !

On finit pas trouver l’aéroport international flambant neuf qui détonne dans ce paysage délabré et nous récupérons notre dernière voiture, une Kia Ceed super spacieuse à l’intérieur (nos membres inférieurs en ont éprouvé un immense soulagement).

Nous parvenons enfin à la dernière frontière de notre périple. Tout d’abord, c’est à la douane bulgare qu’il nous faut nous frotter et expliquer pourquoi nous sortons une voiture bulgare du pays pour al Turquie et où nous allons (à Bursa) et pourquoi (tourisme….ben oui avec trois chats…mais ça n’a l’air d’étonner personne puisqu’encore une fois personne ne veut vois leurs papiers). Oui je sais, on a honteusement menti sur ce coup-là mais comme seul Jxris a ses permis de séjour, et que le mien devra encore attendre quelques mois, ça nous a paru plus simple de donner cette raison… Le douanier bulgare avait cependant beaucoup d’inquiétudes concernant la voiture….bref, on a fini par passer, soulagés mais sachant que les douaniers turcs attendaient leur tour…..

Le coeur battant à tout rompre, nous nous dirigeons vers la file de voiture qui attend son approbation de passage. A notre grand désarroi, nous constatons qu’ils arrêtent TOUS les véhicules en les faisant garer un peu plus loin…. et tout le monde sort de la voiture…
C’est clair pour nous : cette fois, on n’y coupera pas, ce sera grand contrôle de toute la voiture… Nous arrivons, à la douane, on nous fait garer et on nous demande d’aller à pied vers un bureau où deux douaniers morts de chaud et l’air patibulaire tamponnent des papiers dépecés et copieusement scrutés un par un…Des dizaines de chauffeurs de bus font la queue avec tous les passeports de leurs passagers à la main, certains râlent, d’autres bousculent ou carrément doublent tout le monde pour se coller au comptoir et interpeller un douanier…
Pendant ce temps, nous prenons notre mal en patience (que faire d’autre : surtout, NE PAS énerver un douanier…), nous jetons un oeil sur les étagères et remarquons que les documents douaniers sont classés en dossiers regroupés dans des cartons à l’effigie de….la célèbre marque de Whisky « Jack Daniel »…. Là encore, on aurait aimé prendre une photo de ça, vraiment…mais bon, tu comprends bien  cher  ami lecteur qu’on a évité, néanmoins on a bien ri (intérieurement s’entend…). Finalement, devant notre air patient, un douanier décide de s’occuper de nous, regarde les papiers de la voiture bulgare….et nous dit « bagaj control »…. Et zut….nous voilà donc parti pour un contrôle complet…qui s’avère en fait être un simple coup de tampon sur nos passeports…. personne n’a regardé dans la voiture (je te passe les allers-retours entre le bureau des douaniers, la frontière turque et le point de passage où l’on nous avait fait arrêter et qui s’est avéré être l’endroit où nous devions retourner pour faire tamponner nos papiers… un vrai bazar….

Finalement….voilà, c’est fait nous roulons en Turquie, tous les 5, en règle et en direction d’Istanbul….

Allez, je vous laisse sur votre faim sur la route d’Istanbul…. La dernière étape sera postée dès que possible c’est promis, il me reste encore quelques péripéties à te narrer !!!

=^.^=

 

8 Comments »